« Depuis des années, je cherche un bouton STOP, celui qui me permettra de ne plus penser, de pouvoir me laisser aller et de ne plus tout analyser en permanence. A certains moments, penser devient une torture, une pensée en attire 10 autres et ainsi de suite, en arborescence, et toujours à une vitesse épuisante, sans aucune pause » F, 33 ans adulte en coming-out intellectuel.

Une personne à haut-potentiel (HP), mais qu’est-ce que cela veut dire ?

Haut-potentiel, douance, surdoués, zèbre1, sont différents termes existant pour définir globalement les mêmes caractéristiques psychologiques. Le haut-potentiel, n’est en aucun cas une maladie. Il s’agit d’un fonctionnement différent du cerveau concernant environ 2% de la population. Ces caractéristiques ne concernent pas uniquement les enfants, car ceux-ci, une fois adulte, gardent leurs capacités et caractéristiques. Il y a énormément de vielles croyance erronées sur le sujet. La plupart du temps, ces termes sont automatiquement associés à l’intelligence et aux fait que la personne / l’enfant concernée va tout réussir dans sa vie avec facilité, qu’il aura une vie de haut standing, sans devoir faire d’effort. La réalité est malheureusement tout autre. Bien sûr, certains enfants et adultes HP ont un parcours de petit génie mais ce n’est de loin pas la majorité des personnes concernées. Beaucoup d’enfants HP ont un parcours scolaire chaotique, finissent en échec scolaire, ont une phobie de l’école et doivent intégrer la vie professionnelle avec beaucoup de difficultés. Adultes, ils peuvent parfois finir en rupture professionnelle voir sociale. Certains enfants et adultes, inhibent complétement leurs capacités afin de rester « dans le moule » et de vivre ainsi une vie lambda sans comprendre pourquoi ils n’arrivent jamais à se sentir complétement à l’aise et heureux dans leur quotidien.
1 Le nom de zèbre vient de la Doctoresse Jeanne Siaud-Facchin, experte dans le domaine et auteur de nombreux livres traitant du sujet

Les caractéristiques des HP

• Un cerveau toujours actif, beaucoup de pensées, très rapides et tout le temps, des questionnements sans fin. Une    personne HP rêve d’un bouton STOP.
• Une grande capacité de raisonnement et de résolution de problèmes. Les enfants HP posent beaucoup de questions de fond et cherchent à tout savoir, comprendre et analyser, ce qui peut être extrêmement déroutant pour les parents, mais aussi épuisant.
• Une rapidité et une facilité d’apprentissage, une excellente mémoire (souvent autodidacte). Cette facilité entraîne souvent un grand ennui scolaire. L’enfant comprenant et exécutant plus vite que les autres enfants, il passe son temps à attendre la suite. Cet ennui et cette obligation de rester dans le rythme scolaire des autres élèves peuvent entraîner un décrochage scolaire et un manque de motivation. Un adulte pourra, lui, s’ennuyer sur son lieu de travail, si son activité n’est pas assez enrichissante pour lui.
• Un vocabulaire très riche, avec de la facilité de compréhension des subtilités langagières.
• De l’aisance avec les chiffres, les jeux de logiques, les puzzles.
• Une grande curiosité, le besoin de tout savoir, comprendre et démontrer.
• Une hypersensibilité, de l’hyperempathie, les HP ressentent tout l’émotionnel des gens qu’ils côtoient. Ils peuvent ainsi vous dérouter par la pertinence de leurs questions, mais aussi souffrir de l’émotionnel des autres et de ce fait cherche à rester dans lieux calmes.
• Un tempérament vif, susceptible, tout ce « trop de tout » peut surcharger la personne qui peut exploser sans raison apparente pour les autres.
• Un niveau de réaction plus élevé au stimulus
• Une exacerbation de tous les sens (perçoivent des choses avant les autres), certains HP ont l’oreille absolue, d’autre un palais très fin….
• Des intérêts variés et la capacité de faire plusieurs choses en même temps.
• Une grande difficulté à gérer la frustration.
• Une grande difficulté à supporter l’injustice.
• A cause d’un décalage dû à leur singularité, les HP se sentent facilement de trop, pas intéressants. Étant vite incompris, ils ont de la difficulté à aller à la rencontre des autres et se retrouve facilement seuls.
• Une tendance au perfectionnisme doublée d’une grande lucidité qui entraîne souvent une grande peur de l’échec.

Vous avez des doutes que faire ?

Comme pour tout, quand le doute d’installe, le mieux est d’en parler, sans honte, à votre généraliste ou au pédiatre de votre enfant. Ils sauront vous aiguiller sur le parcours menant au diagnostic ou non du haut potentiel. En parallèle, vous pouvez entreprendre une thérapie en kinésiologie afin de vous permettre, à vous ou à votre enfant, de mieux gérer l’impact émotionnel de votre/leur singularité, de mieux gérer l’ennui, la confiance en soi et l’estime de soi. Vous pouvez également vous aider de la kinésiologie sans être diagnostiqué car nous travaillons selon votre ressenti et les caractéristiques vous concernant. Il se peut aussi qu’une personne ou enfant HP souffre, en plus, de troubles dys et/ou TDA/H, pouvant semer le trouble entre les symptômes et les caractéristiques. Il existe des cas de personnes HP et dys, n’ayant jamais été diagnostiquées, les troubles dys entravant les capacités intellectuelles et les capacités HP permettant de cacher les troubles dys.

Comment aider vos enfants :

Une des premières aides peut être de répondre à leur besoin d’apprentissages. Il ne s’agit en aucun cas de les pousser car HP ne veut pas dire futur génie ! Mais simplement de répondre à leur demande. Ceci permet déjà de diminuer fortement la frustration de votre enfant. Chaque enfant aura ses propres centres d’intérêt et ses points forts ou faibles.
L’aider à gérer son émotionnel, lui apprendre à parler de ce qu’il ressent, lui apporter votre écoute, votre réconfort et tout votre amour. Vous intéresser à sa façon de fonctionner pour mieux le comprendre. Trouver ensemble des rituels lui apportant plus de bien-être. Par exemple, trouver un rituel de retour au calme quand il se fâche, se frustre. Selon ses domaines de sensibilité, en prendre compte dans les idées de sorties. Un enfant très empathique pourra se sentir rapidement mal à l’aise et fatigué dans la foule. Tentez la méditation, les massages, le sport ou toute autre activité réputée pour aider à sentir bien.
Ne pas avoir honte de ne pas avoir de réponse à ses questions ou demandes, mais le lui dire afin de l’aider à comprendre que tout le monde ne fonctionne pas comme lui. Chercher les réponses à ses questions avec lui mais ne pas stopper le flot de questions juste en lui criant de se taire. Lui dire aussi si vous êtes à bout de ses demandes et que avez-vous besoin de repos. Lui expliquer vos limites peut l’aider à comprendre les siennes.
Le soutenir au maximum dans son parcours scolaire, lui demander comment cela se passe, quel est son ressenti. Il ne faut pas hésiter à chercher la discussion avec les enseignants, ceux-ci étant de mieux en mieux informés sur le sujet et souvent ouverts à adapter l’apprentissage de votre enfant. Le soutenir sans lui mettre la pression. En effet trop de pression pourrait surtout procurer l’effet inverse et le précipiter vers un échec scolaire. Un diagnostic officiel peut souvent aider à obtenir le soutien du cercle scolaire de votre enfant, les enseignant ayant souvent besoin de termes précis pour ajuster la scolarité d’un enfant.

Mes différentes lectures et sources d’inspiration dans la rédaction de cet article :

• L’enfant surdoué. L’aider à grandir, l’aider à réussir. Jeanne Siaud-Facchin
• Trop intelligent pour être heureux ? L’adulte surdoué. Jeanne Siaud-Facchin
• http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/
• http://www.haora.ch/
• Pour les utilisateurs de facebook https://www.facebook.com/declicscolarite/